Archive for the ‘ Ben Gastauer ’ Category

Jouer le jeu du virtuel pour sauver le vélo

lu dans l’essentiel du 21/04/2020 :

Ben Gastauer va courir l’une des cinq étapes du Tour de Suisse virtuel, la Digital Swiss 5, qui a lieu de demain à dimanche.

Ben Gastauer a découvert les joies du cyclisme en virtuel pendant cette période de confinement.

«L’essentiel»: Où passez vous ce confinement?

Ben Gastauer: Nous sommes chez nous au Luxembourg. Je profite du temps avec ma famille, mes enfants. Depuis cinq semaines je ne me suis entrainé qu’à l’intérieur jusqu’à ce matin. Des gens peuvent reprendre peu à peu le boulot donc je suis aussi retourné sur la route.

Certains coureurs roulaient déjà dehors…

Ce n’était pas formellement interdit mais la consigne est de rester chez soi. J’ai fait ce que je croyais le mieux pour tout le monde. Je trouvais qu’il fallait un effort de tous. À chacun de faire son choix.

Vous avez donc fait beaucoup de home trainer…

C’est passé assez vite avec des séances nouvelles qui permettent de travailler des points faibles. Et j’ai découvert le monde virtuel où l’on peut rouler ensemble. Deux fois par semaine on s’entraîne avec l’équipe (AG2R La Mondiale). On fait un peu la course avec les coéquipiers, les entraîneurs. Je me suis pris au jeu.

Êtes vous prêt pour le Tour de Suisse virtuel?

Je suis curieux de voir à quoi cela va ressembler. Je suis coureur, j’ai envie de compétition. Pourquoi ne pas essayer ça? Et c’est important de jouer le jeu pour sauver, les équipes, les courses et notre sport. Même si c’est incomparable avec une épreuve réelle dehors.

Peut-on courir en équipe lors d’une course virtuelle?

Cela dépend des plateformes. Là, il n’y aura, je crois, pas d’enjeu tactique. C’est la puissance qui joue, un effort à bloc, en se gérant pour la pente et les descentes.

Avez-vous déjà un calendrier pour la reprise?

Pas encore. On sait plus ou moins que c’est en août que ça redeviendra sérieux. Il faudra être compétitif dès la reprise car après tout va s’enchaîner. Il restera trois ou quatre mois de saison. J’espère pouvoir faire au moins un grand Tour. Je ne sais pas lequel.

Êtes vous pressé ou inquiet de reprendre?

La situation économique dans notre sport est compliquée. Pour sauver le vélo il faut que ça reprenne le plus vite possible mais il faut d’abord respecter les consignes des gouvernements et ne prendre aucun risque.

Avez-vous dû diminuer votre salaire?

Dans mon équipe on a cette chance, tout le monde l’a gardé. C’est rassurant, mais on ne sait pas combien de temps les salaires pourront ainsi être garantis.

Vous arrivez en fin de contrat, ce n’est pas idéal…

Je voulais faire un bon Giro et pouvoir entamer des négociations. C’est tombé à l’eau. Ce n’est pas rassurant mais il y aura des courses en fin d’année pour se montrer. Et la priorité est que la situation s’améliore pour tout le monde. Ensuite je penserai au vélo et à mon futur dans le sport.

(L’essentiel)Discussion

Commentaires

Les commentaires les plus populaires

  • 10 10 Cycliste du dimanche le 21.04.2020 11:40 Report dénoncer ce commentaire Merci d’avoir fait preuve d’intelligence et de ne pas etre sorti en velo avant la reprise du travail autorisé au Luxembourg. Moi aussi en faisant bcp d’home trainer j’ai vu passer des dizaines de « cyclistes » sans casque, en jean et doudoune, avec le casque a l envers, avec des bombes d’equidation sur la tete… Enfin un vrai champion qui pense aux autres

Eis Sponsore sinn och elo fir Iech do
Sidd solidaresch mat eise Sponsoren an dëser schwiereger Zäit

The Digital Swiss 5

Joe Geimer dans le Luxemburger Wort le 21/04/20


————————

Eis Sponsore sinn och elo fir Iech do
Sidd solidaresch mat eise Sponsoren an dëser schwiereger Zäit

Ben Gastauer au Tour de Suisse virtuel

Publication de Pascal Gillen dans le tageblatt du 21/04/2020

Vom Routinier zum Rookie  

Radsport Gastauer startet unerfahren bei der virtuellen Tour de Suisse – Jungels auch dabei 

Die virtuelle Radsport-Saison nimmt Fahrt auf: Nachdem Greg van Avermaet am 5. April die virtuelle Flandern-Rundfahrt gewonnen hatte, steht am Mittwoch die Tour de Suisse auf dem Programm. 16 WorldTour-Teams nehmen an dem fünftägigen Etappenrennen teil, darunter auch die luxemburgischen Profis Bob Jungels und Ben Gastauer. Auf Ben Gastauer warten erst mal eher ungewöhnliche Herausforderungen.   <>

Virtuelle Rennen können Probleme bereiten, die einem Straßenrennen nicht mal im entferntesten Sinne Schwierigkeiten machen würden. Ben Gastauer, der bei der kommenden virtuellen Tour de Suisse die fünfte Etappe bestreiten wird, ist sich noch nicht sicher, von wo aus er das Rennen fahren wird. „Am liebsten würde ich an der frischen Luft, also auf der Terrasse, starten“, sagt Gastauer. Doch die ganze Technik, die ein solches Rennen mit sich bringt, darf nicht nass werden. „Bleibt abzuwarten, ich hoffe in jedem Fall auf gutes Wetter.“ Der Keller sei keine Option, um als Austragungsort der Schweizer Rundfahrt zu dienen. „Da ist die Internetverbindung einfach zu schlecht“, schmunzelt der Ag2r-La Mondiale-Profi. Es sind ungewohnte Probleme, die Gastauer in seiner Karriere so noch nicht erlebt hat. Der 32-Jährige, der seit 2009 Teil der Profimannschaft von Ag2r La Mondiale ist, hat schon viele Erfahrungen gesammelt – bei virtuellen Rennen entwickelt er sich allerdings zurück: vom Routinier zum Rookie. „Gar keine“, antwortet Gastauer auf die Frage, ob er denn schon Erfahrungen im E-Sports-Bereich gemacht habe. „Ich habe mir zwar gedacht, dass es, auch aufgrund der Situation, bald so weit sein wird, dass ich ein solches Rennen bestreite. Aber dass ich so schnell an einem virtuellen Rennen teilnehmen würde, hätte ich nicht gedacht.“ Vergangene Woche hat sich der Schifflinger schon mal mit der virtuellen Rennplattform Zwift vertraut gemacht. Bei der Tour de Suisse wird allerdings die Plattform Rouvy genutzt. „Ein großes Taktieren wird nicht möglich sein“, erklärt Gastauer. „Die Plattform konzentriert sich vor allem auf eine individuelle Leistung.“ Anders als die Plattform Zwift hat Rouvy beispielsweise noch nicht die Funktion, vom Windschatten anderer Fahrer profitieren zu können. Viel Zuspruch Windschatten wird Gastauer also nicht nutzen können, wenn er am Sonntag an den Start gehen wird. Für jede der fünf Etappen werden die 16 WorldTour-Teams und die drei Pro-Teams jeweils drei Radsportler selektieren, die die Etappe bestreiten werden. Eine Streckenbesichtigung hat Gastauer, der 2011 und 2018 an der Rundfahrt in der Schweiz teilnahm, auch schon hinter sich – wenn auch nur detailliert. „Ich habe gesehen, dass zwei Anstiege anstehen und sich dazwischen eine Abfahrt befindet.“ Nach dem Start in Camperio im Tessin wird Gastauer den Lukmanierpass hochklettern müssen, der etwa 15 Kilometer lang ist. Es folgt eine ebenso lange Abfahrt, bevor in Disentis (Graubünden) eine Gegensteigung und die Ziellinie wartet. In einer Zeit, in der die Farben der Sponsoren nicht die Bildschirme zieren, ist es für die Teams umso wichtiger, sich bei solchen Events zu präsentieren – auch wenn das Prestige eines solchen Rennens nicht mit dem Straßenrennen vergleichbar ist. Das Interesse an der Tour de Suisse ist dennoch groß. Unter den 19 teilnehmenden Teams werden auch Fahrer wie Romain Bardet (Ag2r La Mondiale), Julian Alaphilippe, Bob Jungels (beide Deceuninck-Quick Step), Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo) oder Primoz Roglic (Jumbo Visma) an den Start gehen. Start in der Küche?  Einen Ersatz werden die virtuellen Rennen für Gastauer aber nie für richtige Straßenrennen darstellen. „Es gibt so viele Faktoren, die im Virtuellen gar nicht zur Geltung kommen“, sagt der Luxemburger. „Für Leute, die abends von der Arbeit heimkommen und Abwechslung brauchen, ist das aber, so denke ich, eine gute Möglichkeit, auf andere Gedanken zu kommen. Sie haben einen Renncharakter und können sich mit anderen messen.“ Übertragen wird das Rennen im Schweizer Fernsehen SRF, aber auch online kann man es verfolgen. Dabei werden auch die Profis bei ihrer Aktivität zu Hause gefilmt. „Ich glaube, dass ich meinen beiden Kindern sagen muss, dass sie etwas Abstand wegen der TV-Übertragung halten müssen“, schmunzelt Gastauer. „Wenn ich sonst im Garten trainiere, sind sie neugierig und kommen gerne gucken, was ich so mache. Aber sie werden mich sicherlich unterstützen.“ Denn auch wenn es regnet, wird es für den zweifachen Familienvater einen Platz im Haus geben. „Dann wird es wahrscheinlich die Küche werden“, sagt er. So können die Kinder und seine Frau das Rennen auf dem Bildschirm im Wohnzimmer verfolgen – und sich umdrehen, um einen der Akteure des Rennens live hinter sich zu beobachten. Bob Jungels und Ben Gastauer werden an der virtuellen Tour de Suisse teilnehmen – viel virtuelle Renn-Erfahrung hat Gastauer nicht vorzuweisen

——————————————-

Eis Sponsore sinn och elo fir Iech do

Sidd solidaresch mat eise Sponsoren an dëser schwiereger Zäit

Ben Gastauer au Digital Swiss

Du 22 au 26 avril, Ben participera avec son l’équipe AG2R LA MONDIALE au « Digital Swiss 5 Race Series », une série de cinq épreuves mises en place par les organisateurs du Tour de Suisse et Velon sur la plateforme ROUVY Indoor Cycling Reality. Les courses se dérouleront avec de vraies séquences vidéo des routes utilisées dans le Tour de Suisse.

Hier Ben et quelques-un de ses coéquipiers ont participé à un critérium sur Zwift. Un effort intense sur une demie heure à 50 km/h.

le quotidien du 17/04/2020 :

Originalansicht


———————————-

Eis Sponsore sinn och elo fir Iech do

Sidd solidaresch mat eise Sponsoren an dëser schwiereger Zäit

Ben Gastauer : ‘Je me suis laissé prendre au jeu’

lu dans le quotidien du 15/04/2020 :

Romain Haas a interviewé Ben

Ben Gastauer respecte les consignes de son équipe et ne roule pas sur la route. Mais le coureur d’AG2R La Mondiale s’éclate sur rouleau. Il participera même à une étape du Tour de Suisse virtuel.

Mardi, 18 h, Ben Gastauer donnait le la. C’était en effet au tour du Schifflangeois d’animer la désormais traditionnelle séance d’une heure sur Zwift, qui permet aux cyclistes de partager un moment de convivialité virtuelle… depuis chez eux : «La FSCL m’a contacté pour me demander si pouvais le faire, j’ai accepté», confie-t-il.

Après Kevin Geniets, Michel Ries ou encore Alex Kirsch, c’est donc Ben Gastauer qui s’y est collé. Et pourtant, deux semaines plus tôt, le pro d’AG2R n’avait jamais utilisé Zwift, qui s’est imposé comme l’un des prestataires numéro un en termes de séance de vélo en ligne : «Jusqu’à présent, j’avais l’habitude de faire du rouleau en suivant le programme de mon équipe sur notre plateforme commune. Mais depuis deux semaines, l’équipe nous a ouvert un compte Zwift.»

Si le temps le permet, c'est depuis sa terrasse à Schifflange
que Ben Gastauer prendra part au Tour de Suisse (Photo : DR)

La formation française World Tour a demandé, comme les autres équipes hexagonales, à ses coureurs de rester confinés chez eux. Mais confinement ne signifie pas oisiveté pour autant. Et avec Zwift, Ben Gastauer a découvert un nouvel aspect de son métier : «On effectue deux séances collectives par semaine. Généralement, il y en a une très intense, qui dure une heure et demie maximum et une sortie d’endurance d’environ deux heures. On est une vingtaine de coureurs de l’équipe. Romain Bardet est tout le temps là.»

Une dizaine de jours pour préparer le Tour de Suisse

Le rouleau ne peut, bien évidemment pas remplacer complètement une sortie sur route, les efforts ne sont pas comparables. Et surtout, ils ne peuvent pas durer autant qu’une sortie normale : «Au-delà de deux heures, on perd trop d’eau. Ce n’est pas très bon pour la santé», souligne Ben Gastauer.

Si la séance de mardi était calme, puisque, peu importe la puissance qu’on a, tout le monde restait ensemble, quand les pros se retrouvent entre eux, ce n’est, bien évidemment, pas la même musique : «On fait des efforts, on s’amuse bien. En plus, on peut rencontrer, même virtuellement, des coureurs d’autres équipes, alors on n’a pas envie de les laisser passer. Si on voit qu’un est passé et a mis un certain temps sur une montée, on veut essayer de faire mieux. Lors d’une de nos séances, on a même notre entraîneur Stephen Barrett qui nous a battus pour le titre de meilleur grimpeur, ça nous a bien fait rire. Mais on se prend au jeu !»

Cela tombe bien, puisque Ben Gastauer va avoir l’occasion de franchir un cap supplémentaire. En effet, il fait partie des coureurs à qui on a proposé de participer à la version virtuelle du prestigieux Tour de Suisse, qui, pour des raisons évidentes, ne peut pas se tenir dans des conditions normales cette année : «L’équipe nous a informés qu’elle allait y participer et que chacun pourrait courir une étape. Je trouve cela bien. Je suis content de courir, même si ce n’est pas sur la route. J’ai tout de suite dit que j’étais intéressé et maintenant j’attends de savoir sur quel étape et quel jour. En tout cas, j’ai une dizaine de jours devant moi pour me préparer comme il le faut.»

«Une heure vraiment à fond !»

À la différence de l’habituel Tour de Suisse, l’une des épreuves favorites (avec le Dauphiné) pour préparer le Tour de France, les organisateurs ont décidé de mettre sur pied une nouvelle course, le Digital Swiss 5, avec cinq étapes du 22 au 26 avril retransmises sur la RTS. Pas de Zwift au programme mais Rouvy, un autre programme, des équipes de trois coureurs qui s’expliquent virtuellement sur des étapes réelles de l’épreuve, ramenées à environ une heure chacune. Un peu comme sur le modèle du Tour des Flandres, remporté, depuis son grenier, par le Belge Greg Van Avermaet.

«Oliver Naesen, qui y a participé, nous a dit que c’était horrible, car on n’a pas du tout de récupération. C’est pire qu’un chrono qui dure 45 minutes. C’est une heure vraiment à fond!»

Pour Ben Gastauer, habituel travailleur de l’ombre, il s’agira également d’une nouvelle configuration. En effet, difficile d’abriter son leader du vent, d’aller lui chercher des bidons, bref de faire jouer la tactique : «Je ne sais pas s’il y a du drafting. Ça devrait être moins tactique, mais on devrait bien s’amuser!»

Romain Haas


Eis Sponsore sinn och elo fir Iech do

Sidd solidaresch mat eise Sponsoren an dëser schwiereger Zäit

Ben Gastauer : FSCL Zwift Meetup Tour


Gilles Miny, un de ses adversaires en pleine action
photo : R.Miny

——————

Eis Sponsore sinn och elo fir Iech do

Sidd solidaresch mat eise Sponsoren an dëser schwiereger Zäit

FSCL Zwift Meetup Tour avec Ben Gastauer

Pour rappel

FSCL Zwift Meetup Tour avec Ben Gastauer

ce mardi le 14 avril 2020 à partir de 18:00

pour plus d’infos et pour vous inscrire :

www.fscl.lu

———

Eis Sponsore sinn och elo fir Iech do.

Sidd solidaresch mat eise Sponsoren an dëser schwiereger Zäit

Le travail d’artiste en ce temps de confinement

Le travail d’artiste en ce temps de confinement

cliquez ici pour visualiser la vidéo sur www.gastauer.lu

http://www.gastauer.lu

FSCL Zwift Meetup Tour avec Ben Gastauer

FSCL Zwift Meetup Tour avec Ben Gastauer

pour plus d’infos et pour vous inscrire :

mardi le 14 avril 2020 à partir de 18:00

www.fscl.lu

———

Eis Sponsore sinn och elo fir Iech do.

Sidd solidaresch mat eise Sponsoren an dëser schwiereger Zäit

Ben Gastauer ass frou doheem ze sinn, mécht sech awer Suergen ëm d’Zukunft

Vidéo de Ben Gastauer sur RTL diffusée le 08/04/2020

An eiser Serie iwwert d’Lëtzebuerger Elitesportler weise mer Iech, ewéi de Ben Gastauer mat der sanitärer Kris ëmgeet.

De Profi vun AG2R ass den éischte Mäerz seng leschte Course gefuer an trainéiert zanter zwou Wochen net op der Strooss, mä um Rouleau. Keng einfach Situatioun fir den 32 Joer ale Cyclist.
Bis den 1. Juni gi keng offiziell Coursse gefuer. Dat huet d’UCI leschte Mëttwoch decidéiert. Mä ob et dobäi bleift, weess och de Ben Gastauer net.

Doheem sinn. Dat ass de Ben Gastauer wärend der Saison nëmme ganz seelen. Zanter ronn zwou Wochen ass dat anescht. De Vëlosprofi probéiert awer, net alles schwaarz ze molen.

« Ech ka mech glécklech schätzen. Ech sinn zu Lëtzebuerg an hunn déi ganz Famill bei mir. Mir kënne vill Zäit matenee verbréngen, dat hu mer soss net esou.« 

De Ben Gastauer kritt sou vill Ënnerstëtzung ewéi méiglech vu senger Ekipp AG2R. Dat gëllt net nëmme fir d’Logistik an den Trainingsprogramm.

« Finanziell hu se eis elo fir den Ufank ofgeséchert, mä mir wëssen net, wéi et weidergeet. Eis Sponsore leiden och ënnert der Situatioun. Et muss een einfach ofwaarden.« 

De Ben Gastauer weess, dass hie souwisou näischt un der aktueller Situatioun ännere kann, ausser wéi all anere Bierger d’Recommandatioune vun der Regierung ze respektéieren.

« Natierlech maachen ech mer och Gedanken ëm meng perséinlech Zukunft, well ech kee Kontrakt hu fir déi nächste Saison. Mä et gi Saachen, déi lo méi wichteg sinn. Fir d’éischt soll all Mënsch gesond ginn an alles an d’Rei kommen. Dofir denkt drun: Bleift doheem.« 

Eis Sponsore sinn och elo fir Iech do.

Sidd solidaresch mat eise Sponsoren an dëser schwiereger Zäit

%d blogueurs aiment cette page :