Archive pour 21 avril 2022

Face B avec Ben Gastauer

FACE B – DÉCOUVREZ LA FACE CACHÉE DES PERSONNALITÉS

Face B avec Ben Gastauer, ex-cycliste pro

Auteur: Jérôme Didelot

https://5minutes.rtl.lu/photos-et-videos/face-b/a/1893211.html

Il a quitté les circuits, mais reste en prise avec la musique qui lui a donné des ailes, sur les routes du Tour de France ou ailleurs…

Qu’elles aient bercé notre enfance, qu’elles enchantent nos journées où qu’elles soient devenues des compagnes pour la vie, les chansons jalonnent notre existence.

La devise de Face B pourrait être: « Dis-moi ce que tu écoutes, je te dirai qui tu es ».

Dans cet épisode, c’est un ancien cycliste professionnel du climat qui s’est prêté au jeu. Ben Gastauer a fait les beaux jours de l’équipe AG2R La Mondiale pendant plus d’une décennie. En 2021, une blessure – un problème de plancher pelvien – contraint le coureur de 33 ans à mettre fin à sa carrière professionnelle.

« J’ai pu arrêter à un moment où j’étais encore heureux sur un vélo et avec l’équipe, nous a-t-il confié. C’était également le bon moment par rapport à ma vie de famille. Ma famille est très heureuse que je sois maintenant plus souvent à la maison. Les enfants ne supportent plus que je parte ne serait-ce qu’une journée, alors qu’avant je pouvais partir jusqu’à deux semaines.« 

Pendant les compétitions, les coureurs ne sont pas autorisés à écouter de la musique. Pourtant de nombreuses chansons ont accompagné le Luxembourgeois lorsque le vélo était son métier.

« La musique m’aidait beaucoup, pour la préparation, l’entraînement, pour la concentration sur l’effort à venir. Et même après le courses, pour faire retomber la tension, se détendre et retrouver le calme. »

LA PLUPART DES COUREURS QUI VIENNENT ROULER ICI SONT SURPRIS

Sur la réussite historique des cyclistes luxembourgeois, Ben Gastauer n’a pas vraiment d’explication même s’il estime que « la Fédération fait un bon travail, il y a un bon accompagnement des jeunes. Tout le monde pense que le Luxembourg est plat mais c’est tout le contraire. La plupart des coureurs qui viennent rouler ici sont surpris par la dureté des routes. C’est un bon terrain de préparation aux grandes courses.« 

Aujourd’hui Ben, père de deux enfants de cinq et trois ans, a de nouveaux projets. L’ancien cycliste a repris des études pour devenir kinésithérapeute: « Je savais que ça allait s’arrêter un jour et je n’ai pas de regrets. Bien sûr, je suis toujours les courses de vélo mais je ne vais pas jusqu’à envier les coureurs… Je n’ai plus vraiment envie d’être à leur place! Pendant la carrière, je ne parlais jamais de sacrifice car j’aimais ce métier et je savais pourquoi je le faisais. Mais ce qui est drôle aujourd’hui, c’est que je conçois qu’on puisse envisager cela comme des sacrifices… Des sacrifices que je ne voudrais plus faire.« 

%d blogueurs aiment cette page :