Ben Gastauer : L’occasion d’évoquer les sujets brûlants de son sport

Entretien de Ben avec Denis Bastien, journaliste du Quotidien

paru au Quotidien le 10/04/2021

L’occasion d’évoquer les sujets brûlants de son sport.

Ce samedi, on connaîtra le dénouement de ce Tour du Pays basque marqué par le duel slovène de haut vol entre Tadej Pogacar et Primoz Roglic. Pour l’heure, c’est le coureur américain Brandon McNulty, coéquipier du premier nommé, qui mène toujours la danse ( lire ci-dessous ), mais tout ceci est provisoire. Dans la course, Ben Gastauer fait de son mieux. Il faisait partie, mardi, de l’échappée presque condamnée d’avance, le peloton ne laissant pas les écarts monter plus qu’à un peu plus de quatre minutes. Mais l’expérimenté coureur luxembourgeois de l’équipe AG2R Citroën continue de préparer le Giro. Sur le Tour du Pays basque, son équipe évolue sans leader depuis qu’Aurélien Paret-Peintre a été pris dans une chute dans le final de la 3e étape, en compagnie du Canadien Michael Woods. Quant à Benoît Cosnefroy, souffrant d’une gêne à un genou, il a préféré ne pas prendre de risque et n’a pas pris le départ vendredi, afin de ne pas hypothéquer sa campagne de classiques ardennaises qu’il abordera, à l’instar de Bob Jungels, par la Flèche Brabançonne, mercredi.

Comment vivez-vous ce Tour du Pays basque?
Ben Gastauer : Comme toujours, c’est très dur, mais cette année, le scénario est spécial. Jeudi, l’échappée a mis longtemps pour partir, la journée a été très sportive. Et mardi, lorsqu’on s’est échappé, l’écart n’était pas suffisant, il y avait une grosse bosse dans le final, Movistar ne nous a laissé aucune chance. J’ai cru qu’avec un peu de chance, ça passerait. J’avais du mal à y croire avec un si faible écart. Ensuite, on a essayé de résister et j’ai donné le maximum. Mais il n’y avait rien à faire!

C’est décourageant ?
Non, c’était le but de me retrouver devant au moins sur une étape et de faire un gros effort. On espère toujours bénéficier d’un plus gros écart. Mais lorsque ça se passe comme ça, on ne peut rien y faire. Finalement, j’étais plutôt content de ma journée.

Le Tour du Pays basque est une bonne préparation en vue du Giro?
Oui, c’est une cour se bien dure et on a besoin de ce type de course avant un grand tour comme le Giro. Là, je fais l’enchaînement Tour de Catalogne– Tour du Pays basque, deux belles courses. Si tout va bien, je vais enchaîner avec le Tour de Romandie (27 avril-2 mai), cela me donnera une bonne base. C’est une préparation idéale.

On va vous revoir à l’attaque sur ce Tour du Pays basque?
On verra, ce n’est pas évident, comme on le voit, il reste la dernière étape. Ce sera l’explication des leaders et ce n’est pas évident qu’ils laissent partir des coups. On verra bien.

Comment votre équipe vit-elle ce Tour du Pays basque?
On était un peu déçu, car Aurélien marchait très fort avant sa chute. C’est dommage, en plus, il est tombé à l’avant du peloton, cela n’est pas courant. Cela semble improbable. Du coup, on essaie désormais de tout mettre sur les étapes. Bon, ce n’est pas simple.

Personnellement, je me souviens que lorsque j’étais enfant et que j’allais voir une course, mon but était toujours de repartir avec un bidon…

Passons aux nouvelles règles UCI que vous vivez pour la première fois en pratique sur ce Tour du Pays basque. Commençons par l’interdiction de jeter vos bidons en dehors des zones de délestage. D’ailleurs votre coéquipier suisse Michael Schär a fait couler beaucoup d’encre en étant le premier coureur e xclu d’une course, dimanche dernier, sur le Tour des Flandres. Qu’en pensez-vous personnellement?
Pour les bidons, c’est un peu compliqué à appliquer, il faut repérer les zones de délestage des déchets. Et sur le plan pratique, ce n’est pas simple. On regarde si les assistants sont là ou pas. Cela prend un peu de temps. Mais franchement, on espère que l’UCI reviendra sur cette règle et qu’on pourra à nouveau les donner aux spectateurs. On va voir ce que l’UCI va décider dans les prochains jours. Je ne pense pas que la fédération internationale soit sourde aux nombreuses critiques des fans du vélo. Personnellement, je me souviens que lorsque j’étais enfant et que j’allais voir une course, mon but était toujours de repartir avec un bidon. Si j’y arrivais, la journée était réussie. Si on ne peut plus donner ça aux jeunes, alors je trouve ça un peu dommage. Après, je comprends que c’est compliqué de juger entre un jet en pleine nature et un jet pour le public. On ne peut pas être insensible non plus aux arguments environnementaux. Une nature propre et sans déchets, c’est tout de même ce qu’on souhaite. Mais de mon point de vue, il y a matière à aménager le règlement pour que les jeunes puissent garder ce lien avec les pros. Il faut trouver un juste milieu. J’ai trouvé forcément que l’exclusion de Michael Schär était exagérée. Une amende de 250 francs suisses, c’est déjà beaucoup, alors la mise hors course…

Les amendes, ce sont les coureurs qui les paient ou c’est pris en charge par les équipes?
C’est déduit de nos primes. Cela peut arriver qu’on rentre endetté d’une course! ( il rit )

Et vous, des amendes, vous en avez déjà eu beaucoup?
Non, moi je suis un coureur assez sage, même si je suis allé chercher beaucoup de bidons aux voitures, je n’ai pas eu beaucoup d’amendes pour bidon collé. Mais c’est déjà arrivé bien sûr.

Pour revenir aux positions, qu’en pensez-vous?
C’était agréable de poser ses avant-bras sur le cintre, surtout lorsqu’on était échappé. Et ce n’est pas simple de changer ses habitudes. Je comprends aussi la position des constructeurs qui ont demandé à l’UCI d’intervenir sur le sujet, leurs vélos n’étant pas faits pour qu’on pédale assis sur le cadre par exemple, comme c’était le cas en descente. Moi, je trouvais que ce n’était pourtant pas hyper-dangereux. Il n’y a jamais eu beaucoup de chutes avec cette position. Mais un jour, j’ai été interpellé par un entraîneur de l’école de cyclisme de Schifflange. Il ne comprenait pas qu’on puisse adopter ces positions sachant que, forcément, les plus jeunes, qui n’ont pas le bagage technique pour le faire, nous imitaient. Ça, je l’entends bien, on donne une image aux jeunes, pour qui, effectivement, ça peut être dangereux. Donc, je comprends l’argument de l’UCI. Surtout si les constructeurs n’y sont pas favorables. Même si encore, au final, on n’a jamais eu beaucoup de chutes avec ça.

Les amendes sont déduites de nos primes. Cela peut arriver qu’on rentre endetté d’une course!

Vous avez failli vous faire surprendre avec les avant-bras sur le cintre?
C’était limite, mais j’ai toujours eu le réflexe et je n’étais pas le seul ( il rit ). Le premier réflexe, c’est de poser les avant-bras et on se ravise tout de suite. Ce n’est pas simple de changer ses habitudes. Les amendes sont rudes, donc ce n’est pas la peine d’insister. De même, je ne trouve pas cette position dangereuse.
C’est vrai que ça peut l’être en cas de trou sur la chaussée. Au final, c’est bien pour la sécurité. Même si nous, coureurs, déplorons qu’il y a bien d’autres choses à faire qui n’avancent pas sur le plan de la sécurité.

Quels sont les autres points concernant la sécurité qui sont sensibles?
D’abord, nous avons encore trop de parcours qui s’avèrent trop dangereux. On se demande parfois comment cela peut être autorisé. Et puis, le sujet des barrières est important. L’UCI nous a dit que le sujet était étudié. Ça prend du temps. On aimerait que ça aille plus vite. Tout n’est pas à critiquer, il y a eu des avancées sur la question des arches par exemple. Il y a des choses qui vont dans la bonne direction, et d’ailleurs les organisateurs seront également sanctionnés s’ils ne respectent pas les règles. Ça, ça va dans la bonne direction.

  1. No trackbacks yet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :