Archive pour septembre 2020

Un sixième Giro pour Ben Gastauer

La formation AG2R LA MONDIALE a dévoilé sa sélection pour le Giro qui débutera ce samedi.

Ce sera la sixième participation au Giro pour Ben

LAURENT BIONDI:  » Une équipe jeune et ambitieuse

« Nous arrivons au départ de ce Giro d’Italia automnal avec envie et détermination. Nous ferons confiance à la jeunesse avec Jaakko Hänninen mais aussi Aurélien Paret-Peintre qui célebreront leur première participation à un Grand Tour. Ce dernier sera au départ sans pression mais avec l’envie de viser le meilleur classement général possible. Les deux coureurs pourront s’appuyer sur des garçons d’expérience comme Tony Gallopin, Larry Warbasse ou encore Ben Gastauer. Je n’oublie pas Geoffrey Bouchard qui s’est fait remarquer l’an passé sur la Vuelta a Espana ou encore François Bidard qui se rapproche d’une belle victoire. Régulièrement placé cette année, Andrea Vendrame sera notre puncheur du groupe. Avec l’envie de réaliser de grandes choses et de remporter une victoire d’étape. »


« Avec le retrait d’Hubert Dupont, Ben Gastauer est le garçon de notre effectif qui connaît le mieux le Giro. Excellent coéquipier, capable de jouer le troisième homme pour le classement général par équipes, Ben est une force tranquille et un très bon capitaine de route. Lui aussi aura un rôle primordial auprès des jeunes qui découvriront la course. »

Ben Gastauer DNF à Imola

Dès le départ Ben, seul repésentant du Luxembourg, a essayé sans succès d’attraper la bonne échappée. Après il a suivi le rythme du peloton avant d’être mis en difficulté au moment où les Français ont durci la course pour placer leur leader J.Alaphilippe, qui a conclu le travail des Bleus en remportant la victoire et qui est donc le nouveau champion du monde.

Sur un parcours qui ne lui convenait pas trop, Ben a coincé après 190 km de course dans la 14ème ascension des 18 côtes avec des pourcentages élévés. Il a mis pied à terre à deux tours de l’arrivée après avoir cumulé plus de 4200 mètres de dénivelé positif.

Sur les 176 partants seulement 88 coureurs ont franchi la ligne d’arrivée.

IMOLA, ITALY – SEPTEMBER 27: Ben Gastauer of Luxembourg / Autodromo Enzo e Dino Ferrari / during the 93rd UCI Road World Championships 2020, Men Elite Road Race a 258,2km race from Imola to Imola – Autodromo Enzo e Dino Ferrari / @Imola_Er2020 / #Imola2020 / on September 27, 2020 in Imola, Italy. (Photo by Tim de Waele/Getty Images)
IMOLA, ITALY – SEPTEMBER 27: Ben Gastauer of Luxembourg / Autodromo Enzo e Dino Ferrari / during the 93rd UCI Road World Championships 2020, Men Elite Road Race a 258,2km race from Imola to Imola – Autodromo Enzo e Dino Ferrari / @Imola_Er2020 / #Imola2020 / on September 27, 2020 in Imola, Italy. (Photo by Tim de Waele/Getty Images)
IMOLA, ITALY – SEPTEMBER 27: Ben Gastauer of Luxembourg / Autodromo Enzo e Dino Ferrari / during the 93rd UCI Road World Championships 2020, Men Elite Road Race a 258,2km race from Imola to Imola – Autodromo Enzo e Dino Ferrari / @Imola_Er2020 / #Imola2020 / on September 27, 2020 in Imola, Italy. (Photo by Tim de Waele/Getty Images)

Feu vert pour Ben

Comme annoncé Ben a passé un test Covid-19 ce matin à Florence et ce soir il a reçu le résultat négatif. Donc il est autorisé à prendre le départ des championnats du monde demain à Imola

Ben Gastauer au départ des mondiaux??

Grosse frayeur pour Ben hier!

Jeudi Ben a effectué un test de dépistage COVID-19 dans un laboratoire agréé au Luxembourg. Après son arrivée hier en Italie, il a appris que le laboratoire chargé du test n’arrivait pas à analyser son épreuve, à cause d’un probblème technique.

Cependant le résultat négatif d’un test J-3 est obligatoire pour pouvoir prendre le départ demain à Imola.

Ben s’est donc rendu ce matin à Florence pour passer un nouveau test afin d’être admis au départ des Championats du Monde demain à Imola!

Croisons les doigts!

photo : pressphoto.rtl.lu

Avant son envol pour l’Italie Ben a répondu aux questions du journaliste Charles Michel.

Entretien de Ben avec le journaliste Charles Michel du Quotidien

Vous venez de disputer le Tour de Luxembourg. Dans quel état de forme êtes-vous?
Ben Gastauer : Durant le Tour, j’avais plutôt de bonnes sensations et j’en suis sorti pas trop fatigué, ce qui est très bien. Je suis content de faire des championnats du monde et j’espère que les jambes seront bonnes même si ce sera une tout autre course que le Tour de Luxembourg. En tout cas, je suis content de participer à nouveau aux Mondiaux.

Au Tour de Luxembourg, vous avez remporté avec votre équipe AG2R La Mondiale le classement par équipes. Ce n’était pas un objectif en soi…
Non, c’est venu comme ça. On avait une équipe forte et homogène. On voulait faire le classement général avec Aurélien ou Clément mais sans s’être fixé d’objectif bien précis. On aurait aimé gagner une étape mais on n’a pas réussi. Alors, cette victoire par équipes, ça fait plaisir.

Quand avez-vous appris que vous étiez sélectionné pour ce Mondial d’Imola?
Dans le courant de la semaine passée. C’est bien de l’avoir su un peu en avance, ça constituait une motivation supplémentaire.

N’est-ce pas un peu tard pour préparer une telle épreuve?
Cette année, c’est particulier car on n’a pas énormément de temps. Après, j’avais déjà prévenu l’équipe qu’il était possible que je ne sois pas disponible ce week-end… Et puis, Tour de Luxembourg, championnat du monde et Giro, c’est un bon enchaînement. Après, ce n’était évidemment pas possible de faire une préparation spécifique pour Imola.

Cette année, vous serez le seul Luxembourgeois engagé sur la course en ligne. Ce cas de figure n’était plus arrivé depuis 2014…
(Il rit) Oui et c’est moi qui m’étais déjà retrouvé seul. C’était à Ponferrada (NDLR : il avait pris la 52e place). Après, je n’ai pas disputé cette course pendant quelques années (NDLR : il n’avait pas disputé les éditions 2015, 2016 et 2017). Mais pour en revenir au fait d’être le seul engagé, le plus bizarre, c’est lors de la présentation des équipes. Au niveau tactique, on est aussi bien limité. Il faut faire la course pour soi-même et se concentrer uniquement sur soi-même. Cela étant, il faut éviter de gaspiller ses forces et être capable de suivre le bon coup. Ou alors, observer ce que font les grandes nations et suivre les coureurs avec lesquels on roule toute l’année.
Histoire de dénicher l’un ou l’autre indice qui peut permettre de savoir comment la course va se passer.

Certes, un Mondial est une course par nations, mais n’y a-t-il pas une forme d’entraide avec des coureurs que vous côtoyez tout au long de l’année?
Oui, je pense que ça peut arriver. On a quand même des liens. Dans mon cas, il n’y aura sans doute pas trop de liens, car je risque d’être un peu juste pour faire le grand final. Après, si l’équipe de France roule en deuxième position dans le peloton et comme je connais bien les Français, peut-être que je pourrai me mettre dans leurs roues et discuter avec eux sans qu’une autre équipe vienne me dégager. Après, chacun court quand même pour son pays, sa nation.

Photo : jeff lahr/editpress

Comme je connais bien les Français, peut-être que je pourrais me mettre dans leurs roues et discuter avec eux sans qu’une autre équipe vienne me dégager

Vous évoquiez les coureurs de l’équipe de France. Dans celle-ci se trouve Nans Peters, votre équipier chez AG2R La Mondiale…
Nans est un jeune coureur qui m’a déjà bluffé plusieurs fois. L’an passé au Giro, j’étais avec lui dans l’équipe, il avait gagné une étape de manière exceptionnelle (NDLR : la 17e étape, Commezzadura-Anterselva/Antholz). Et cette année encore, il en gagne une pour son premier Tour de France (NDLR : la 8e étape, Cazères-Loudenvielle). C’est un coureur très talentueux, encore jeune et qui réalisera encore de belles courses à l’avenir. Il va découvrir son premier championnat du monde et devra se mettre au service de ses leaders mais dans le futur, c’est un coureur qui pourra briller sur Mondial.

Que pensez-vous de ce tracé d’Imola long de 258,2 km et avec 5 000 m de dénivelé?
Le circuit compte deux montées très raides, avec des pourcentages à 14 % et même si ça ne monte pas vite, les répétitions vont rendre l’épreuve très difficile. Que ce soit la distance ou le dénivelé, ce n’est pas quelque chose que l’on fait souvent. Au bout de 200 km, je pense qu’il y aura beaucoup de coureurs qui seront dehors… Dans le final, quand le rythme va accélérer, ça va exploser. Ils ne seront pas nombreux à se disputer la victoire.

Quels sont vos espoirs sur ce Mondial?
Il faut voir avec l’entraîneur national quelle tactique on met en place. On en discutera une fois que j’aurai reconnu le parcours, ce que je ferai samedi. Déjà, cette course, il faudra être capable de la finir. Après, est-ce intéressant de prendre l’échappée matinale ou pas? Est-ce que je m’accroche seulement – seulement entre guillemets ( il rit ) – et j’essaie de prendre la deuxième vague au milieu de course pour anticiper les premières accélérations des favoris dans le final?

Christian Helmig, le directeur technique national, nous confiait que le parcours était exposé au vent…
Si c’est le cas, ça va durcir encore un peu plus la course. Il faudra être prudent à ne pas gaspiller d’énergie, car avec le vent, ça peut vite casser le peloton. Il faudra être prudent et être bien placé.Ben

Ben Gastauer à Imola ( ITA )

La FSCL a annoncé sa sélection pour l’épreuve en ligne masculine des Championnats du Monde à Imola (27 septembre).

Tour de Luxembourg : stage 5

On a vécu aujourd’hui encore une étape très animée avec un final palpitant.

A l’approche du circuit final, Ben a travaillé pour placer ses jeunes coéquipiers C.Champoussin et A.Paret-Peintre, les deux leaders du classement du meilleur jeune. Il y a eu plusieurs attaques mais A.Kron a surpris tout le monde. Il a remporté la victoire d’étape et il a fini meilleur jeune. Ben a terminé l’étape à la 42ème place avec un retard de 1’15 ».

Au classement général final Ben avance à la 28ème place avec un retard de 3’50 » sur D.Ulissi, le vainqueur du Tour de Luxembourg 2020.

Le classement de la meilleure équipe a été remporté par la formation AG2R LA MONDIALE et Ben a reçu le prix du coureur le plus sympathique.

Tour de Luxembourg : stage 4

Pas trop à l’aise lors de la première ascension du Col de l’Europe, Ben se sentait mieux dans la deuxième et il a réussi à réintégrer le groupe des poursuivants. Ben termine à la 44ème place à 1’45 » du vainqueur D.Ulissi qui endosse aussi le maillot de leader du classement général où Ben avance à la 35ème place avec un retard de 2’25 ».

Tour de Luxembourg : stage 3

J.Degenkolb a remporté la 3ème étape du Tour de Luxembourg au sprint. Peu après le départ Ben a attaqué, mais il a vite été repris. Dans le final animé Ben a encore une fois essuyé une crevaison, mais il a réussi à réintégrer le peloton pour terminer à la 57ème place dans le même temps que le vainqueur.

Le maillot de leader a changé d’épaules car E.Grosu est le nouveau leader et Ben occupe la 47ème place avec un retard de 34″

Tour de Luxembourg : stage 2

Lors de la deuxième étape du Tour de Luxembourg  les coureurs ont mis pied à terre après seulement 18 kilomètres de course. Ils se plaignaient d’un manque de sécurité sur le parcours. L’étape a été neutralisée jusqu’au circuit final autour de Hesperange.

Un nouveau départ a été pris en haut de la côte de Syren. Il restait alors une quarantaine de kilomètres à parcourir et c’est A.Démare qui s’est imposé au sprint.

Ben a terminé avec le peloton. Il a passé la ligne d’arrivée à la 86ème place à 3″ d’A.Démare

Au classement général D.Ulissi reste le leader et Ben occupe la 53ème place avec un retard de 29″

Tour de Luxembourg : stage 1

D.Ulissi a remporté en puncheur la première étape du Tour de Luxembourg en faisant la différence dans les tous derniers mètres de la dernière ascension.

photo ; Vincent Lescaut

Ben a passé la ligne d’arrivée à la 50ème place après avoir essuyé une crevaison à 30 km de l’arrivée. Il a concédé une quinzaine de secondes dans le final. En début d’étape, il a esssayé sans réussite de se glisser dans une échppée.

photos : Maya a Robert Straus
%d blogueurs aiment cette page :