Extraits de presse avant la Vuelta : interviews Ben Gastauer

Le Quotidien et le Luxemburger Wort ont consacré un article à  Ben avant sa deuxième participation à la Vuelta

Le quotidien : «C’est taillé pour un grimpeur»

2013-08-24
image

VUELTA Ben Gastauer (AG2R La Mondiale) sera le seul Luxembourgeois au départ d’un Tour d’Espagne très difficile.

Ben Gastauer sera encore un précieux coureur pour une équipe française AG2R La Mondiale qui reprend les mêmes leaders qu’au Giro, le duo Betancur-Pozzovivo.

Entretien le journaliste Denis Bastien

Les séquelles de ma chute survenue dans la première étape du Tour de Burgos sont presque disparues. Tout va bien, j’espère que ça va bien se passer», raconte Ben Gastauer depuis la région de Vilanova de Arousa où le départ de la Vuelta sera donné aujourd’hui avec un chrono par équipes de 27 kilomètres. Entretien d’avant-course.


Cette Vuelta s’annonce particulièrement décapante avec pas moins de treize étapes de montagne. Qu’en pensez-vous?

Ben Gastauer : Oui, le tracé est bien difficile avec onze arrivées au sommet. On n’avait jamais vu ça, et avec un tel tracé, pas besoin de prévoir un sprinteur dans l’équipe. C’est vraiment trop dur pour un non-grimpeur. Certes, nous avons dès ce samedi le chrono par équipes et peut-être que trois arrivées se dérouleront au sprint. Mais la dernière semaine s’annonce terrible. C’est clair que cette Vuelta est taillée pour un grimpeur, pas pour un coureur complet.

Dans votre équipe avez-vous ce qu’il faut avec Carlos Betancur et Domenico Pozzovivo, vos deux leaders?

On espère qu’ils seront en aussi bonne forme que sur le Giro (NDLR : Betancur avait terminé troisième du classement général final et Pozzovivo avait remporté une étape). On n’a pas vu beaucoup Betancur ces derniers temps, il a été un peu malade, mais il nous a assuré qu’il serait bien au rendez-vous. L’inconnue, c’est qu’il est resté longtemps sans courir. Et en troisième homme, pour des succès d’étapes, nous avons Rinaldo Nocentini.

Aurez-vous droit à des bons de sortie?

Je l’espère, oui. Il y a toujours moyen d’aller dans les échappées. Pour les étapes de plaine, je n’y pense guère. Mais pour la moyenne montagne, cela pourrait me convenir. Il me faudra prendre les échappées. Mais je sais que Carlos Betancur n’aime pas qu’on s’éparpille dans des échappées. Il préfère nous avoir à ses côtés.

Quel regard portez-vous sur la réussite de votre équipe?

Depuis le début de saison, cela marche bien. On a très bien fonctionné sur les deux premiers grands tours, le Giro et le Tour. Et depuis le succès de Christophe Riblon à l’Alpe-d’Huez, il y en a d’autres comme celui de Romain Bardet dans le Tour de l’Ain. On espère poursuivre sur ce rythme jusqu’à la fin de la saison.

Sur le dernier Tour de France, Vincent Lavenu, le manager de votre équipe, nous expliquait (NDLR : notre édition du 22 juillet), pour étayer l’annonce de votre prolongation de contrat, qu’il espérait vous voir éclater ces deux prochaines saisons…

(Il rigole) Oui, je sais, c’est à cause de mes tests d’effort. Il me compare ainsi avec les autres coureurs et il me voit au-dessus. Moi, j’espère encore progresser, mais ça prend du temps. Depuis le début de ma carrière, j’ai toujours franchi des paliers. C’est vrai qu’il me manque encore un grand résultat. Je ne désespère pas. Je pense que je suis trop lourd (NDLR : Ben Gastauer pèse 72 kilos pour 1,90 m) pour prétendre briller dans le classement général d’un grand tour, je ne serai jamais un super grimpeur. Mais j’espère franchement franchir de nouvelles étapes ces prochaines années.

En tout cas, votre prolongation de contrat est une marque de confiance de la part de vos employeurs…

Oui et cela veut dire que l’équipe est contente de moi. C’est assez réconfortant pour moi. Comme le fait de m’aligner sur un deuxième grand tour cette saison. C’est bon pour mon moral, c’est bon pour la motivation.

D’ailleurs, vous allez disputer votre cinquième grand tour…

Oui, ce sera ma deuxième Vuelta qui s’ajoutera à mes trois Giro. Un jour, bien sûr que j’aimerais disputer le Tour, mais on verra ça plus tard. Là, je suis heureux d’être au départ de la Vuelta.

Pouvez-vous comparer la Vuelta au Giro?

La Vuelta est une course moins stressante. Les étapes sont plus régulières du point de vue du kilométrage. Même si ce sera dur avec toutes ces arrivées au sommet. Et puis, ce n’est pas un détail pour nous coureurs, il fait quasiment beau tous les jours en Espagne à cette période. On peut parier par avance que nous n’aurons pas de pluie…

 

Luxemburger Wort : <<Gastauer kann befreit auffahren>>

 

Radsport: Heute beginnt die Vuelta a Espana mit einem Teamzeitfahren

wort20130824

Image

Image

Image

Retrouvez ici tous les classements de Ben Gastauer de la saison 2013

 Entrez votre adresse mail en haut de la colonne de droite pour suivre ce blog et vous serez notifié par e-mail des nouvelles publications.
Joignez-vous à 1 545 followers

 

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :